HISTORIQUE DE L'ASSOCIATION

Le 06 octobre 1982, l’association « Centre Social Rural du Canton de Ballon » est créée à Ballon, dans la Sarthe. Elle est alors présidée par Monsieur Jean-Claude BOULARD, actuel Maire de la Ville du Mans.

En 2009, le projet est retravaillé afin d’être au plus proche des attentes locales et problématiques territoriales. Pour ce faire, un cabinet de consultants est mobilisé dans le souci de proposer un prè-projet social.

Le 07 avril 2010, le nouveau projet validé par l’ensemble des partenaires accompagnant la restructuration, change de dénomination pour s’intituler « Maison des Projets ».

L’association est agréée Centre Social par les services de la Caisse d’Allocations Familiales de la Sarthe (Agréments Animation Globale et Animation Collective Famille).

La Maison des projets a ainsi pour finalité de proposer des activités répondant à l’animation globale du territoire en proposant diverses activités, ouvertes à toutes et tous, à travers une démarche participative, pour, par et avec les habitants.

L’association revendique les valeurs de l’Education Populaire et apparait comme une structure ancrée dans le champ de l’Economie Sociale & Solidaire.

L’association Maison des Projets est une association à but non lucratif, relevant du cadre de la loi du 1er juillet 1901 et non assujettie à la T.V.A.

Elle est présidée depuis mai 2013 par Monsieur Jean-Yves LEFEVRE qui succède à Madame Paulette GROUSSEAU, Présidente de mai 2010 à avril 2013.

 

 

HISTOIRE DE NOTRE TERRITOIRE

Notre territoire apparait telle une construction politique et historique qui prend sa source dans le choc qu’a connu cette partie Nord de la Sarthe lors de la fermeture de la fonderie « Chappée » en 1984 implantée sur le site d’Antoigné / Sainte-Jamme-sur-Sarthe.

Vers la fin du XIXème siècle, Armand Chappée s’investi dans la gestion du site et donne toute sa capacité à la production de différents matériaux. Le nom Chappée devient une référence, synonyme d’un savoir-faire et d’une expérience avérée, construite à travers des méthodes managériales marquée par un paternalisme omniprésent dans la vie de l’entreprise, et au-delà de la commune où résidaient les ouvriers, tel un principe de « Ville – Usine ». En effet, à cette époque, tout s’écrit Chappée ; les maisons ouvrières en brique (encore présentes et habitées sur Sainte Jamme/Sarthe), la société de secours mutuel, la société de musique, la gymnastique, ou encore les pompiers.

La société Chappée sera finalement rachetée en 1928 par la Société Générale de Fonderie et le site va progressivement se spécialiser dans la fabrication de radiateurs.

Dans les années 60’s, au plus fort de sa prospérité, la Société Générale de Fonderie comptera près de 1900 employés. Mais la crise pétrolière de 1974 et l’arrivée de nouveaux moyens de chauffage, notamment électrique, vont précipiter la fermeture de l’usine en 1984.

Les institutions politiques sont intervenues pour soutenir et créer des emplois afin de compenser les postes disparus lors de la fermeture de ce site industriel. La création de deux zones d’emplois ont été réalisées par la suite : l’une sur Sainte-Jamme-sur-Sarthe, et l’autre sur Joué l’Abbé.

La commune de Sainte-Jamme-sur-Sarthe, pourtant historiquement rattachée au territoire des Portes du Maine, s’est finalement associée à la Communauté de Communes de Rives de Sarthe (EPCI créé le 01 janvier 2001 et composé des communes de Neuville, La Bazoge et Saint Pavace constituent les collectivités de cet E.P.C.I., au-delà de Sainte Jamme sur Sarthe).